samedi 14 décembre 2019

2010-02-10 Pierrefonds-Roxboro

11 février 2010

Des reculs majeurs depuis 2004

Nous en sommes dans notre troisième (3ième) année sans contrat de travail. Vous n'êtes pas sans savoir que les cols bleus de Pierrefonds-Roxboro ont collectivement subi un recul sans précédent de leurs conditions de travail à la suite de la fusion créant la nouvelle ville de Montréal, une fusion que nous n'avons pas choisi. Cette perte se situe à tous les niveaux mais plus particulièrement pour ce qui est des assurances collectives, des jours chômés et payés (perte de 7 journées comparativement aux autres groupes d'employé(e)s, incluant les cadres), des vacances (perte de 5 ans dans l'acquisition de semaines supplémentaires) et des droits reliés à l'emploi. Ces dernières années, plutôt que de consolider les effectifs permanents cols bleus de l'arrondissement, l'Administration a choisi de maintenir un nombre sans précédent d'employé(e)s auxiliaires. Ces employé(e)s qui, pour plusieurs, travaillent sur une base régulière, ne bénéficient d'aucun droit significatif. Il est temps de reconnaître leur contribution en diminuant la précarité d'emploi.

En ne corrigeant pas l'iniquité dans les conditions de travail et en continuant à vouloir imposer un cadre financier qui ne tient pas compte de ce recul, l'Administration Tremblay dont vous faites partie traite ses cols bleus comme des employé(e)s de « 2ième classe » qui n'ont pas les mêmes droits et bénéfices que l'ensemble des autres employé(e)s de la Ville de Montréal, incluant les 2 049 cadres et contremaîtres.

Il n'y a rien dans le budget 2010 de la Ville de Montréal, et pas davantage dans votre budget d'arrondissement, qui nous laisse entrevoir un quelconque virage. D'ailleurs, la baisse des effectifs cols bleus se poursuit alors que l'Administration en place continue à augmenter le nombre de cadres. Moins de cols bleus dans les rues et plus de cadres dans les bureaux ... en termes de services aux citoyens, on repassera. Avant la fusion, il y avait à la Ville de Montréal un (1) cadre pour quatre (4) employé(e)s cols bleus. C'est aujourd'hui un (1) cadre pour un peu plus de deux (2) employé(e)s cols bleus. Il s'agit d'une structure de personnes élues et de cadres sans comparable en Amérique du Nord, une structure dont les citoyens et citoyennes de Pierrefonds-Roxboro et les cols bleus font les frais.

Respect, dignité et partenariat

Nous vous demandons, Mme La Mairesse, d'agir auprès de l'Administration montréalaise pour nous redonner cette fierté et ce sentiment d'appartenance. Nous avons par le passé travailler de concert pour assurer des services de qualité aux citoyens et citoyennes de Pierrefonds-Roxboro. Les résultats ont fait en sorte qu'une proportion importante des activités liées à la mission de la Ville est faite à l'interne. Ces dernières années, certains travaux ont été confiés en sous-traitance (entretien de bâtiments, par exemple), mais nous sommes confiants qu'en travaillant ensemble, nous pourrons récupérer ces activités en régie. C'est le cas pour les opérations de déneigement qui pourraient être effectuées entièrement par les employé(e)s cols bleus.

Nous voulons travailler de concert avec l'Administration de Pierrefonds-Roxboro pour trouver des solutions. Les cols bleus vous offrent leur collaboration pour assurer des services de proximité de qualité à la population. Le recours à l'expertise interne est une marque de confiance envers vos employé(e)s cols bleus. Le temps est venu de poser des gestes concrets pour reconnaître le traitement injuste dont nous sommes l'objet. Le temps est venu de permettre aux cols bleus de Pierrefonds-Roxboro de retrouver des conditions de travail justes et équitables. Le Syndicat des Cols bleus regroupés de Montréal est, après tout, le même syndicat qui a réussi au cours des derniers mois à renouveler en partenariat les conventions collectives des Villes limitrophes telles Pointe-Claire, Dollar-Des-Ormeaux, Kirkland et la Cité de Dorval. Trouvez l'erreur.

Vos employé(e)s cols bleus