samedi 7 décembre 2019

28e Congrès du SCFP National

03 octobre 2017

C'est lundi dans la Ville Reine que débutait officiellement le CONGRÈS NATIONAL DU SCFP. Après les discours d'ouverture, les sections locales en tutelle avaient la possibilité d'interjeter un appel en s'adressant directement au président national Mark Hancock.

Michel Jeannotte, secrétaire-archiviste du Syndicat des Cols Bleus regroupés de Montréal, a donc pris la parole en vertu de l'article 7.9 des Statuts nationaux, où il est prévu que "toute mesure prise en vertu des articles 7.7 et 7.8 peut faire l’objet d’un appel au Congrès". Notre confrère Jeannotte a exprimé son désir de voir la tutelle se terminer dès que possible pour que des élections démocratiques nous redonnent notre autonomie. Il a aussi lancé un message d'unification et de solidarité pour corriger la situation afin que le 301 redevienne la section locale forte et respectée qu'elle a toujours été. Contre toutes attentes, il termina en annonçant qu'il renonçait à faire appel de la décision du SCFP de mettre en tutelle notre section locale.

Voici l'intégrale du discours :

Bonjour mesdames et messieurs les congressistes (Hi brothers and sisters),

Ce qui m'amène à prendre la parole aujourd'hui en ce début de congrès, c'est évidemment la tutelle qui sévit chez nous, au Syndicat des cols bleus regroupés de Montréal, et ce, depuis le 28 mai dernier.

J'aurais pu me faire l'avocat du diable, mais j'ai plutôt décidé de penser à nos cols bleus dans le champ et dans leurs milieux de travail. Ceux qui chaque jour donnent et prodiguent un service aux citoyens, à qui cette guerre ne sert pas.

J'ai décidé de penser à ceux qui ont pu avoir été offensés, voire blessés, par de l'indélicatesse dans toute cette saga. En mon nom, je m'en excuse profondément.

Mais qui n'a jamais commis d'impair?

Aujourd'hui, je suis ici pour démontrer que les Cols bleus de Montréal sont des gens nobles et dignes. Je suis là pour démontrer ma bonne foi pour le bien des membres face à cet événement déplorable qu'est la tutelle; vous dire que nous désirons travailler afin de régler les failles répertoriées. On peut se faire reprocher d'utiliser la pratique passée, mais lorsque l'on se fait élire dans une grosse boîte comme la nôtre, qu'on a 2 semaines pour prendre la situation et tous les dossiers en main, il se peut qu'on répète ce que nos prédécesseurs ont fait. J'ai peine à croire qu'on peut nous reprocher de reproduire ce qui a probablement été introduit chez nous par un des fondateurs même du SCFP, Roger Lampron.

Aujourd'hui, nous désirons amalgamer les différentes causes de litiges qui peuvent avoir été suspectées et que notre désir de corriger la situation est présent. Travailler en toute collégialité avec les différentes factions devient une priorité, en autant qu'elles respectent nos membres dans ses buts et dans ses choix comme nous l'avons toujours privilégié. Nous savons qu'en travaillant à rétablir l'ordre, nous obtiendrons plus rapidement une élection générale de nos dirigeants, de notre exécutif et ainsi nous reprendrons et redeviendrons la section locale que vous avez toujours respectée, ici sur le plancher du Congrès national.

En conclusion, je ne tiens pas à mettre les 2000 congressistes en ouverture de congrès devant un choix déchirant, quand on sait que tous sont heureux d'être ici et de partager les accomplissements des 2 dernières années.

Cependant, je réitère ma demande pour que cette semaine, notre voix soit entendue afin que prenne fin la tutelle dès que possible en laissant place à une élection démocratique qui assure vraiment notre autonomie et le développement de notre section locale par ses membres et pour ses membres. Surtout dans un momentum de négociation avec notre plus gros employeur, qui est la Ville de Montréal.

Vous direz qu’il nous manque peut-être de l'information et vous avez raison. En 5 minutes ce n'est pas facile d’y voir clair, surtout quand les médias s'en mêlent.

C'est pourquoi nous ne demanderons pas de vote. Nous avons changé notre fusil d'épaule et nous renonçons à cette demande d'appel.

Merci pour votre écoute et votre grande compréhension.

Bonne semaine et bon congrès à tous.