jeudi 1 octobre 2020

Article sur «Action auxiliaires» paru dans Le forum ouvrier

04 mai 2017

Les travailleurs mènent une campagne pour la défense des employés municipaux

« Avec le mouvement de défense, on se lève, on dit que c'est assez, qu'on ne peut pas accepter les attaques contre la fonction publique municipale. »

- Nicolas De Ciccio, coordonnateur de « Action auxiliaires » du Syndicat des Cols bleus regroupés de Montréal

Forum ouvrier : Le Syndicat des Cols bleus regroupés de Montréal a lancé le mouvement de défense « Action Auxiliaires ». Quel est le but de ce mouvement ?

Nicolas De Ciccio : « Action auxiliaires » concerne les travailleurs auxiliaires et tous les travailleurs de la fonction publique municipale. Notre syndicat, notre présidente, ont essayé de demander à l'administration Coderre de faire preuve de raison, d'agir de bonne foi. L'administration Coderre-Marcoux a complètement pourri les relations de travail à la ville, que ce soit les Cols bleus, les policiers, tout ce qui s'appelle employés municipaux. Elle n'a pas de considération pour nous. Ce qui est arrivé dernièrement, le licenciement massif de 51 employés auxiliaires membres de notre syndicat, c'est la goutte qui a fait déborder le vase. L'administration Coderre ne s'en cache même pas. Elle veut couper, remplacer un travailleur sur deux qui partent, se débarrasser de 1000 auxiliaires. Ces 51 travailleurs qui perdent leur emploi en masse, ce sont des auxiliaires mais ils travaillaient à temps plein pour la ville, plusieurs avec 15 ans de services. C'est un choc mais ça fait partie d'une tendance. On vient de perdre l'entretien ménager à la cour municipale qui a été privatisé. Il y a d'autres endroits à la ville où les auxiliaires perdent leur emploi au profit de l'entreprise privée quand ce n'est pas aux OBNL (Organismes à but non lucratif). [C'est une pratique de la ville de Montréal d'envoyer des emplois qui traditionnellement ont été occupés par les Cols bleux à des OBNL, lesquels sont souvent créés par la ville elle-même, où les salaires, les conditions de travail et les conditions de santé et de sécurité sont très inférieurs à ceux des Cols bleus. - Note du Forum Ouvrier]. Le mémoire que vient de produire le Syndicat canadien de la fonction publique au Québec décrit bien cette situation.

Un auxiliaire c'est un travailleur qui accomplit les mêmes tâches qu'un permanent. C'est le statut d'employé qui n'est pas identique. On ne peut pas dire d'un auxiliaire qu'il est nécessairement temporaire. On a beaucoup d'auxiliaires qui travaillent à l'année. Ceux qui vont être mis à pied, qui travaillaient à la sécurité à l'hôtel de ville avaient entre 5 et 15 ans de services. Ils travaillaient à temps plein. Aussi, pour leur permettre de garder leurs emplois et garder une bonne relation de travail, on avait signé des lettres d'entente qui permettaient que les auxiliaires n'aient pas 36 heures qui est la semaine de travail des Cols bleus. Malgré tout, c'est l'impartition qui règne, avoir du cheap labour lequel finit toujours au bout du compte par coûter plus cher et on perd l'efficacité, on perd l'expertise, l'expérience Cols bleus. Parce que les Cols bleus font ce travail là à l'année. C'est un métier qu'on fait. On n'est pas au service d'un patron, on ne travaille pas pour remplir les poches de quelqu'un. On est au service des citoyens.

Quand l'annonce a été faite, les directeurs syndicaux, la présidente, ont demandé encore une fois à l'administration de s'asseoir, de pouvoir négocier ; on a des articles qui disent qu'il faut essayer de collaborer, de trouver des solutions mais l'administration ne voulait rien entendre. Le but, c'est d'éliminer la fonction publique, du moins les auxiliaires, réduire la fonction publique le plus possible. Alors le syndicat a décidé de mettre sur pied ce mouvement de défense « Actions auxilaires ». Notre présidente a toujours dit qu'un Col bleu c'est un Col bleu, qu'il soit auxiliaire, retraité ou permanent, le syndicat ne fait pas de différence. Quand on dit « Actions auxiliaires » il faut comprendre que ça va toucher tous les Cols bleus. Les auxiliaires, ce sont les premières victimes. Les titulaires de postes vont eux aussi être éventuellement touchés, de même que ceux qui vont prendre leur retraite. Il y aura de moins en moins de cotisants au régime de retraite, donc c'est à toute la fonction publique qu'on s'attaque. C'est vraiment l'optique dans laquelle l'administration fonctionne pour l'instant. C'est certain que s'il n'y a plus de cotisants, cela va avoir un impact. Déjà, ils coupent les retraités, ils ont éliminé leur indexation. On ne remplace pas un titulaire sur deux qui s'en va, on se débarrasse des auxiliaires, c'est certain que dans cinq ou dix ans ils vont nous dire qu'ils sont déficitaires, qu'ils n'ont plus assez d'argent. Les retraités vont être attaqués.

En fait, l'administration Coderre-Marcoux s'attaque à la nouvelle génération de travailleurs et aux retraités.

M. Coderre, cela fait combien d'années qu'il est au service de la ville ? Quelques années seulement. Les Cols bleus, on est là pendant 30-40 ans. En plus de cela, les deux derniers maires, ce sont eux qui ont terni la réputation de la ville. Nous autres, on a continué de servir le citoyen. On ne sert pas la politique, on sert Montréal. C'est de cette façon qu'on a une expérience que les autres n'ont pas. C'est un métier pour nous.

Regardez ce qui s'est passé avec le déneigement cet hiver. On y va avec des entrepreneurs privés qui n'ont pas d'expérience et paient mal leurs employés. Leur roulement est très élevé parce que les gens sont tout le temps à la recherche d'un emploi plus payant, et on se retrouve avec les résultats que l'on sait.

Forum Ouvrier : Quelle sorte de mobilisation « Actions auxiliaires » va-t-il mener ?

Nicolas De Ciccio : Ce qu'on veut faire avec le mouvement de défense c'est se lever, c'est dire que c'est assez, qu'on ne peut pas accepter les attaques contre la fonction publique municipale. C'est le Syndicat des Cols bleus regroupés de Montréal qui prend l'initiative. Ce qu'on fait c'est un mouvement de défense parce qu'on se fait attaquer de tous les côtés, par tous les paliers de gouvernement, que ce soit les retraités, les auxiliaires.

On veut essayer de collaborer, d'avoir la reconnaissance de l'employeur. Il faut savoir que Denis Coderre a fait sa campagne pour devenir maire en disant que oui c'est important les Cols bleus, que oui on va ramener l'expertise à l'interne, que la Commission Charbonneau a montré qu'avec le privé on a plus de corruption, plus de collusion. C'est ce qu'il a dit pendant sa campagne.

Pour l'instant, on fait sentir notre présence. On fait sentir à l'administration Coderre qu'on n'est pas d'accord avec son plan, avec le non respect de ses employés. On espère un changement. Pour l'instant, on mène des actions de visibilité, on se lève debout, c'est la première étape, on dénonce son plan, on veut autre chose. On a eu une action de visibilité récemment, on est allé à un brunch-bénéfice tenu par le maire de Montréal pour appuyer sa candidate à l'élection dans Montréal-Nord. Nous y sommes allés avec trompettes et pancartes, tous s'est bien déroulé, nous avons eu l'appui des citoyens qui nous serraient la main.

On veut rappeler au maire et à la population ce qu'il a dit en 2013. Est-ce qu'il l'a oublié ? Ce sont des actions de visibilité comme celles-là qu'on organise en ce moment.

On veut la reconnaissance, le respect des employés. On ne peut pas permettre que la ville donne l'exemple qu'on peut se débarrasser des employés et de leur expertise et les remplacer par du « cheap labour » au salaire minimum qui au final revient à coûter plus cher. Montréal est une métropole qui doit montrer l'exemple d'emplois de qualité. Sinon c'est du nivellement vers le bas et ça envoie un bien mauvais signal aux entreprises privées.

Notre mouvement de défense, on le fait pour nos conditions de travail et pour tous les travailleurs.

Les travailleurs mènent une campagne pour la défense des employés municipaux

« Avec le mouvement de défense, on se lève, on dit que c'est assez, qu'on ne peut pas accepter les attaques contre la fonction publique municipale. »

- Nicolas De Ciccio, coordonnateur de « Action auxiliaires » du Syndicat des Cols bleus regroupés de Montréal

Lien pour le site web du Forum ouvrier