vendredi 13 décembre 2019

Comité d’accès à l’égalité

07 mars 2018

Selon une étude de la Ville centrale, les plaintes en harcèlement psychologique ont quadruplé. Combinées avec la vague de dénonciation, les plaintes arrivent toujours plus nombreuses au comité d’accès à l’égalité.

Depuis environ un an, le comité fonctionnait avec un membre à temps plein. Aujourd’hui, nous sommes deux et couvrons une plage horaire sur cinq jours / semaine. Nous travaillons tous les dossiers ensemble, afin de trouver des solutions… deux têtes valent mieux qu’une. Entre autres, cela a comme avantage qu’advenant qu’un membre soit absent, l’autre n’aura aucun problème à vous aider, puisqu’il parlera en connaissance de cause.

Nous préférons de loin la médiation comme méthode de résolution de problème. Précédemment, le comité envoyait une lettre de dénonciation aux ressources humaines. Cette méthode prenait des mois et n’apportait pas de solutions satisfaisantes aux yeux du travailleur ou de la travailleuse. Le comité a donc préféré essayer la médiation comme nouvelle approche. C’est beaucoup plus rapide et efficace que d’attendre le résultat d’une enquête des ressources humaines.

Le Comité est neutre, il fait son enquête, prend les versions de tous et réfléchit à la meilleure solution pour les travailleurs. Notre but est de régler le problème, aussi complexe soit-il et de trouver une solution acceptable aux 2 parties, et non de sévir un employé. Nous pouvons aussi prendre le temps de vous parler au téléphone. Il peut arriver, dans certains cas, que nous puissions rencontrer l’employé sur les lieux du travail, si les ressources humaines nous le permettent. C’est pour cela qu’une bonne entente avec l’employeur est souhaitable.

Le fait de pouvoir travailler à deux nous permet un meilleur rapport de force avec l’employeur, qui se présente toujours avec deux ou trois gestionnaires à la table de médiation. Les ressources humaines sont maintenant beaucoup plus enclines à trouver des solutions en partenariat avec le comité pour mener à bien les dossiers le plus rapidement possible.

Depuis un an, et plus particulièrement depuis que nous sommes deux au comité, les plaintes se règlent et il n’y a pas eu de dépôt de grief de harcèlement. Les membres du comité sauront vous écouter, vous épauler et vous guider dans la prise de vos décisions, et ce, tout au long du processus. Nous savons que cette situation est difficile à traverser et nous serons à vos côtés, afin de nous assurer de trouver une solution et de faire respecter la loi.

Parfois, la ligne est mince entre ce que l’on croit être une situation de harcèlement psychologique et un conflit entre 2 personnes ayant des perceptions et une compréhension différentes.

Votre comité d’accès à l’égalité,

Isabelle Jacob

isabelle.jacob@scfp301.qc.ca

Bach Hue Tran

bachhue.tran@scfp301.qc.ca